Forum qui aborde divers sujets tels que les religions, les cultes, les philosophies orientales, l'ésotérisme et l'occultisme. Domaine de partage et d'échange de savoirs.


    Prophète (Le)

    Partagez
    avatar
    Grigán le Ramgrith
    Gardien

    Messages : 645
    Date d'inscription : 07/07/2011
    Age : 47
    Localisation : Ailleurs qu'ici !

    Prophète (Le)

    Message par Grigán le Ramgrith le Lun 11 Juil - 13:10

    Le Prophète

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    - Auteur : Kahill Gibran
    - Editeur : LGF
    - Collection : Livre de poche
    - Année : 1996
    - Poche: 123 pages
    - Langue : Français
    - ISBN-10: 2253064092
    - ISBN-13: 978-2253064091


    - Présentation : Durant toutes ces années, le prophète a côtoyé les collines, conversé avec les vents et murmuré au creux des arbres. Étranger au peuple d'Orphalese, il a pourtant appris à le connaître et à l'aimer. Or, à l'heure de repartir vers sa terre natale, il éprouve une grande tristesse. Car c'est au sein de ce peuple, grâce à tout ce que lui a insufflé ce lieu, qu'il a pu mûrir la sagesse qu'il va désormais dispenser. Et c'est à Orphalese qu'à l'heure de l'adieu, dans un ultime échange, il s'accomplit comme prophète. On l'interroge sur les grandes préoccupations humaines et, inlassablement, il chuchote sa réponse avec tendresse et compréhension, sans dogmatisme. Long poème en prose, Le Prophète nous livre une conception de la religion qui est une conception de la vie. Étonnamment moderne, le panthéisme de Khalil Gibran conduit le divin vers des régions accessibles à tous. Nul besoin d'être chrétien du Liban, comme son auteur, pour se laisser bercer par le doux balancement des phrases. D'une grande indulgence envers les faiblesses de l'homme, mais aussi d'une grande confiance dans ses possibilités, cette modulation de L'Ecclésiastique, publiée en 1925, est sans doute le texte auquel Gibran a consacré le plus d'efforts.


    - L'auteur : Kahlil Gibran (1883-1931) naquit non loin des antiques forêts de cèdres du Liban, un pays sous domination ottomane. Il fut élevé dans la religion chrétienne maronite et instruit dans la langue arabe. Kahlil embarqua avec sa mère, son frère et ses deux soeurs pour les États-Unis en 1885 tandis son père restait au Liban. Après trois ans passés à Boston, il retourna au Liban pour poursuivre ses études.

    Après une première passion et déception amoureuse, il voyagea en Grèce, en Italie et en Espagne avant de résider à Paris pour écrire et étudier la peinture. Il acheva l'un de ses premiers livres, “Les Esprits Rebelles” qui fut condamné par les autorités ottomanes et jugé hérétique par la hiérarchie maronite.

    De retour à Boston en 1903, il vît sa mère, son frère et une de ses soeurs mourir au cours de la même année. C'est dans cet état de profonde détresse et à l'âge de 20 ans à peine qu'il entreprit la version anglaise du “Prophète” préalablement écrit en arabe. Deux révisions en arabe et quatre en anglais ont été nécessaires avant de parvenir à une forme aboutie. Il rencontra Mary Haskell qui soutenait de jeunes orphelins prometteurs et resta en relation avec elle toute sa vie.

    En 1908, il retourna à Paris où il se consacra à l'écriture et à ses recherches picturales, notamment sous l'influence du mouvement Symboliste. Il travailla à l'académie des Beaux-arts, fréquenta Claude Debussy, Maurice Maeterlinck, Edmond Rostand et se lia peut-être avec Auguste Rodin comme pourrait le suggérer l'un de ses tableaux intitulé “Penseur”.

    Revenu aux États-Unis en 1910, il se fixa définitivement à New York. Il organisa plusieurs expositions de ses tableaux dans diverses galeries. Il produisit une importante oeuvre littéraire faite d'essais, de poèmes, de récits, d'aphorismes et d'un roman sur les thèmes essentiels de la vie. Tout au long de son existence, il soutînt son pays natal dans sa lutte contre la domination étrangère résumée dans la célèbre citation “Mon peuple est mort”. Gibran fut à la tête d'un cercle de la plume (“Arrabitah”) réunissant l'élite arabe émigrée aux États-Unis. Publié en 1923, “Le Prophète” connut un succès immédiat. Kahlil Gibran décéda à New York en 1931. Sa dépouille fut selon son voeu ramenée au Liban.

    Il était manifestement né pour écrire un petit livre sur les valeurs de l'être telles que l'amour, la beauté, le respect de l'autre ou la liberté.


    - Mon avis : Khalil Gibran parle de l'exil, de l'amour, des enfants, du manger, de boire, du travail, de la douleur, de l'amitié, de la beauté et de la mort. Il fait sentir la vérité. Chaque sujet ne tient que dans 2 ou 3 pages mais on ne peut se détacher de ce qu'il écrit et ensuite y réfléchir longuement sur le sens de ces phrases.

    Très facile à lire... A conseiller vivement !


    _________________
    "Plus je vis, plus je m'instruis".

      La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 3:54