Forum qui aborde divers sujets tels que les religions, les cultes, les philosophies orientales, l'ésotérisme et l'occultisme. Domaine de partage et d'échange de savoirs.


    Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?

    Partagez
    avatar
    Grigán le Ramgrith
    Gardien

    Messages : 645
    Date d'inscription : 07/07/2011
    Age : 47
    Localisation : Ailleurs qu'ici !

    Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?

    Message par Grigán le Ramgrith le Lun 11 Juil - 13:11

    Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    - Auteur : Christiane Singer
    - Editeur : LGF
    - Collection : Livre de poche
    - Année : 2003
    - Poche: 152 pages
    - Langue : Français
    - ISBN-10: 2253155950
    - ISBN-13: 978-2253155959


    - Présentation : " Il est difficile au milieu du brouhaha de notre civilisation qui a le vide et le silence en horreur d'entendre la petite phrase qui, à elle seule, peut faire basculer une vie " Où cours-tu ?
    Il y a des fuites qui sauvent la vie : devant un serpent, un tigre, un meurtrier. Il en est qui la coûtent : la fuite devant soi-même. Et la fuite de ce siècle devant lui-même est celle de chacun de nous. " Où cours-tu ? " Si au contraire nous faisions halte - ou volte-face -, alors se révélerait l'inattendu : ce que depuis toujours nous recherchons dehors veut naître en nous. " C. S

    Christiane Singer, dont on connaît les romans, nous livre à travers une suite de digressions autour de quelques souvenirs personnels, son regard sur les temps qui courent. Croyante, sa foi ne la tourne pas vers un Ciel lointain et immobile. L'éternité, c'est au cœur de notre vie inquiète et agitée qu'elle la découvre, dans l'élan qui nous porte vers l'autre et nous fait partager, de manière parfois fugitive, quelque chose de son existence. Car sous l'écume et l'agitation de surface, l'amour est ce courant de fond qui nous porte et contre lequel se perdent ceux qui lui résistent. Aimer… pour suivre le mouvement de la vie. Puisse le lecteur se laisser embarquer !


    - L'auteur : Christiane Singer est née à Marseille en 1943 et décédée le 4 avril 2007 à Vienne en Autriche. Lectrice à l'université de Bâle, puis chargée de cours à l'université de Fribourg, elle se consacrait depuis plusieurs années à ses activités littéraires.

    Épouse du Comte Georg von Thurn-Valsassina, architecte, elle vivait dans son château médiéval de Rastenberg, non loin de Vienne. Son père était d'origine juive hongroise et sa mère catholique ukrainienne.

    Elle a suivi l’enseignement de Karlfried Graf Dürckheim (disciple de C.G. Jung).

    Elle est un écrivain relativement prolifique, de sensibilité chrétienne imprégnée de sagesse orientale, qui s'abstient de donner des leçons de morale et exclut tout dogmatisme.

    Christiane Singer est décédée à l'âge de soixante cinq ans sans que le commun des mortels puisse interpréter le nom de sa maladie et le sens ontologique de son engagement. Elle dira à la radio : " J'ai écrit un livre sur les âges de la vie. J'ai tenté de montrer ces métamorphoses de l'être au cours de la vie. Il est évident que tout cela ne vaut que si l'on a appris en cours d'existence à mourir. Et ces occasions nous sont données si souvent, toutes les crises, les séparations, et les maladies, et toutes les formes, tout, tout, tout, tout nous invite à apprendre et à laisser derrière nous ; La mort ne nous enlèvera que ce que nous avons voulu posséder. Le reste, elle n'a pas de prise sur le reste. Et c'est dans ce dépouillement progressif, se crée une liberté immense, et un espaces agrandi, exactement ce qu'on avait pas soupçonné. Moi j'ai une confiance immense dans le vieillissement, parce que je dois à cette acceptation de vieillir une ouverture qui est insoupçonnable quand on a pas l'audace d'y rentrer. " (entretien avec Thierry Lyonnet sur RCF 2001)

    Son œuvre et sa réflexion personnelles sont tout entières centrées sur la prise en compte nécessaire du spirituel qui couve dans le cœur de chacun. « Les religions établies sont trop souvent impuissantes à offrir des remèdes adéquats. Il faut tenter de reprendre pied en soi-même, de retrouver ses racines intérieures ».


    - Mon avis : Il y a de l'intensité, de la chaleur, de la fièvre sous la plume de Christiane Singer.
    "Le monde menace de tomber en agonie si nous ne réveillons pas en nous cette faculté de louange. C'est l'intensité qui manque le plus à l'homme d'aujourd'hui. Où est en nous le désir, l'ardeur ?"

    Avec la passion propre aux mystiques, elle nous parle d'infini, de profondeur, de Vérité, de miséricorde, d'Amour et d'humanité. La force de son propos vient sans doute qu'elle ne cherche pas à convaincre. "Il ne s'agit pas de tenter de persuader qui que ce soit de quoi que ce soit [...]. Veillez donc à ne pas gaspiller d'énergie à tenter de me donner tort ou raison. Ce qui importe, c'est ce filet d'interrogations, d'hésitations, de conjectures que nous tissons ensemble [...]"
    Ainsi, elle ne craint pas d'être dissonnante dans un monde matérialiste, performant, efficace et cynique. Lucide et sensible, elle nous livre avec simplicité sa vision du monde et de l'humanité, ni plus ni moins.

    Reprenant l'Invitation de Dieu à Moïse : "J'ai mis devant toi la vie et la mort. Choisis la vie et tu vivras." Elle nous invite à choisir la vie, à ne pas retenir le flux de l'existence, à renoncer à ce qui a été pour s'ouvrir à ce qui sera car "la vie est l'art de la métamorphose". Elle nous invite aussi avec vigueur et courage à faire face à nos responsabilités : "Rien n'a lieu sur cette terre qui ne m'implique."

    Des propos qui élèvent l'âme le temps d'une lecture ; et peut-être encore longtemps après... "Toute folie finit par s'avérer raisonnable quand on la cultive assez longtemps."


    _________________
    "Plus je vis, plus je m'instruis".

      La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 3:44