Forum qui aborde divers sujets tels que les religions, les cultes, les philosophies orientales, l'ésotérisme et l'occultisme. Domaine de partage et d'échange de savoirs.


    Mondes de Thorgal (Les) - Kriss de Valnor

    Partagez
    avatar
    Grigán le Ramgrith
    Gardien

    Messages : 645
    Date d'inscription : 07/07/2011
    Age : 47
    Localisation : Ailleurs qu'ici !

    Mondes de Thorgal (Les) - Kriss de Valnor

    Message par Grigán le Ramgrith le Ven 8 Juil - 16:46

    Tome 1 : Je n'oublie rien !

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    - Auteurs : De Vita & Yves Sente
    - Editeur : LOMBARD
    - Collection : KRISS DE VALNOR
    - Cartonné: 48 pages
    - Année : 2010
    - Langue : Français
    - ISBN-10: 2803627515
    - ISBN-13: 978-2803627516


    - Présentation : Au terme d'une vie passée à voler, tromper et tuer, Kriss de Valnor meurt dans un acte de bravoure et de bonté. Les Walkyries ne savent quel destin lui réserver : le Walhalla, paradis des guerriers, ou l'errance éternelle dans les brumes glaciales du Niflheim ? La farouche combattante doit maintenant plaider sa cause devant la déesse Freyja. Pour cela, il lui faut se souvenir de l'enfant qu'elle était, des premiers coups subis.


    - Le dessinateur : Giulio De Vita naît en 1971 à Pordenone, à quelques kilomètres de Venise. Il habite toujours dans sa ville natale. Il a beaucoup travaillé en Italie dans le domaine de la publicité, des dessins animés, du cinéma et des vidéo-clips. Il a également réalisé des travaux pour des fumetti, des éditeurs italiens des super héros Marvel ainsi que pour des BD humoristiques. En 1995, il gagne le prix de meilleur jeune dessinateur italien. Son entrée dans l'univers de la bande dessinée se fait en 2000 avec Les Ombres de la Lagune chez Soleil sur un scénario de Corteggiani (prix meilleur espoir 2000 au Festival de Chambéry). Mais le grand public le découvre avec La Fatwa tome 2 du Décalogue, série scenarisée par Frank Giroud en 2001. En 2002, il poursuit en signant au Lombard James Healer, album dont Yves Swolfs écrit le scénario.


    - Mon avis : Après XIII Mystery, c’est au tour d’une autre création de Jean Van Hamme, maintenant semi-retraité, de se voir affublée d’une série dérivée. Les mondes de Thorgal proposent de narrer les destins de certains personnages secondaires de la saga du fils d’Aegir. Pour inaugurer la collection, Yves Sente et Giulo de Vita se penchent sur une des « méchantes » les plus troublantes de la BD francophone : Kriss de Valnor.

    Je n’oublie rien se déroule dans la continuité directe du tome 28 de la série mère. À la fin de cet album éponyme, Kriss de Valnor n’hésite pas à se sacrifier pour sauver son fils et le reste de la tribu Aegirsson. Au-delà de la mort, elle se retrouve maintenant face au tribunal des Walkyries. Pour des raisons techniques de droit divin, Mademoiselle de Valnor est obligée de plaider sa cause pour éviter les Enfers et mériter le Walhalla.

    Le scénario concocté par Yves Sente, plutôt convenu, est néanmoins des plus efficaces. Les différentes péripéties s’enchaînent d’une façon parfaitement huilée, avec ce qu’il faut d’action et de suspens. D’une enfance difficile à une adolescence solitaire, à peu près tous les poncifs de la psychologie de comptoir sont passés en revue. Piochant dans le riche univers imaginé par le père de Largo Winch, le scénariste réintroduit également différents protagonistes déjà connus, tel qu'Argun Pieds d’Arbre et, figure importante dans le parcours de la farouche guerrière, Sigwald le Brûlé, qui, stupéfaction, ne l’a pas toujours été. Au final, un bel ouvrage à la narration fluide qui fera, sans aucun doute, le bonheur des amateurs d’aventures nordiques.

    Aux pinceaux, Giulo de Vita (Wisher) réalise un excellent travail. Il doit la réussite de ce projet à sa capacité d'intégrer le code graphique développé par Grzegorz Rosinski tout en conservant son style propre. Le trait est riche, les décors détaillés et les personnages très bien définis. Les différentes scènes d’action, en particulier la poursuite finale dans les canalisations du château, sont menées tambour battant tout en restant d’une très grande lisibilité.

    Grâce à une impression globale de continuité, aussi bien graphique que scénaristique, et malgré une trame des plus simplistes, Je n’oublie rien réjouira tous les partisans des aventures de Thorgal.


    _________________
    "Plus je vis, plus je m'instruis".

      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 10:01