Forum qui aborde divers sujets tels que les religions, les cultes, les philosophies orientales, l'ésotérisme et l'occultisme. Domaine de partage et d'échange de savoirs.


    Alice au pays des Merveilles

    Partagez
    avatar
    Grigán le Ramgrith
    Gardien

    Messages : 645
    Date d'inscription : 07/07/2011
    Age : 47
    Localisation : Ailleurs qu'ici !

    Alice au pays des Merveilles

    Message par Grigán le Ramgrith le Mer 8 Fév - 15:41

    Alice au pays des Merveilles

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    - Acteurs : Johnny Depp, Mia Wasikowska, Michael Sheen
    - Réalisateur : Tim Burton
    - Public ciblé : Pour tous
    - Studio : Walt Disney France
    - Année de sortie au ciné : 2010
    - Année de sortie du DVD : 2010
    - Durée : 104 minutes
    - ASIN: B003BEDTF0


    - Présentation : Lors d'une réception mondaine, Alice Kingsley (Mia Wasikowska), qui a désormais 19 ans, est demandée en mariage par Hamish Ascot, un Lord arrogant et très peu séduisant. C'est alors qu'elle aperçoit un étrange lapin blanc possédant une montre à gousset, et lui faisant signe de la suivre. Alice s'enfuit, prétendant que « cette demande en mariage arrive un peu trop rapidement » et part à la poursuite du lapin jusqu'à ce qu'elle arrive devant un curieux arbre mort au tronc détruit, sous lequel se trouve dans le sol, entre les racines, un terrier dont l'intérieur est plongé dans l'obscurité. S'y baissant trop près, Alice tombe et se retrouve dans une longue chute mouvementée jusqu'à atterrir dans un monde qu'elle avait déjà visité treize ans auparavant : le Pays des Merveilles.
    Alice, ne se souvenant de rien de ce précédent voyage, rencontre tous les personnages de cette curieuse contrée, devenue sombre et inquiétante, tels que le fameux Lapin Blanc, Nivens McTwisp (voix originale de Michael Sheen), ainsi que Chessur, le Chat du Cheshire (voix de Stephen Fry), le Lièvre de Mars (voix de Paul Whitehouse), Mallymkun le Loir (voix de Barbara Windsor), les jumeaux Tweedle-Dum et Tweedle-Dee (Matt Lucas), qui semblent tous très bien la connaitre et en particulier Tarrant Hightopp, le Chapelier Fou (Johnny Depp) qui lui voue une certaine affection... Ne sachant point ce qui est arrivé de navrant au Pays des Merveilles, Alice apprend, qu'après son départ, la Reine Rouge Iracebeth (Helena Bonham Carter), accompagné de Ilosovic Stayne (Crispin Glover), son Valet Rouge, a pris le pouvoir en relâchant le Jabberwocky (Christopher Lee) son animal de compagnie. Pour que le bien et la paix puissent régner de nouveau au Pays des Merveilles, Alice devra s'allier au déjanté Chapelier Fou (Johnny Depp) et à l'excentrique Reine Blanche Mirana (Anne Hathaway) afin de se débarrasser de la tyrannie de la Reine Rouge et rétablir la justice.



    - Mon avis : Ce film de Tim Burton s'appuie plus sur le second livre de Lewis Carroll (De l'autre côté du miroir) que du premier (Alice au Pays des Merveilles). Le ton du film est à mi-chemin entre l'univers bien connu de Tim Burton et celui, poétique et malicieux, de Lewis Carroll. Johnny Depp est excellent une fois de plus, mais il ne devrait pas faire oublier Helena Bonham-Carter dans sa performance de méchante reine déjantée, et aussi Mia Wasikowska, la révélation du film, parfaite pour le rôle d'Alice, à la fois enfant, adolescente et femme dans ses différentes scènes au long du film. L'extrême qualité technique du film n'enlève rien à la poésie qui s'en dégage : tous les animaux parlants (rats, souris, chenilles, chiens, chevaux...) ont les travers et les réactions d'humains, ce qui les rend drôles et attachants. Les couleurs sont splendides, les décors très soignés, la mise en scène précise et juste. Il ne faut pas chercher dans ce film un univers noir à la Sleepy Hollow (que j'ai beaucoup aimé) : il s'agit d'Alice, et pas d'une histoire de morts-vivants. Il faut avoir gardé son âme d'enfant pour apprécier totalement ce film, parce que la morale ultime de cette histoire est la suivante : il faut croire en ses rêves, rester fidèle à soi-même et aller au bout de ses envies, même si elles semblent puériles ou folles aux gens "raisonnables". Le mérite de Tim Burton est aussi d'avoir bien exprimé l'impertinence et la liberté d'Alice vis-à-vis de ces gens conventionnels et "normés".


    _________________
    "Plus je vis, plus je m'instruis".
    avatar
    Alone
    Apprenti Compagnon

    Messages : 13
    Date d'inscription : 08/08/2011
    Age : 63
    Localisation : Bourgogne (France)

    Re: Alice au pays des Merveilles

    Message par Alone le Ven 30 Mar - 18:04

    Du grand Tim Burton et un Johnny Deep inédit et méconnaissable... A conseiller !

      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 18:14